next up previous contents index
suivant: 8 septembre 1926: Ceux monter: Septembre précédent: 1er septembre 1878: Le   Table des matières   Index

3 septembre 1958: Ruben Um Nyobé, dirigeant de l'UPC, est abattu (Cameroun)

Syndicaliste, formé par la CGT française, Ruben Um Nyobé forme le 10 avril 1948, l'UPC, Union des Populations Camerounaises, section camerounaise du RDA, combattue au Nord par des notables attachés aux structures coloniales et dans la région de Yaoundé par l'Église catholique qui recrute au Sud en pays Bassa et Bamiléké, régions les plus scolarisés. L'UPC qui se déclare « communiste » ne suit pas la politique de collaboration avec le colonisateur préconisée par le RDA de Houphouet Boigny. En 1953, l'UPC constate l'inanité de la lutte sur le plan légal et Um Nyobé prend le maquis. Des émeutes, suivies de répression, éclatent en 1955. L'UPC est interdite le 13 juillet 1955. Les élections camerounaises sont fixées au 23 décembre 1956 de telle façon que l'UPC ne puisse s'y présenter. Le 9 décembre 1957, André-Marie Mbida, premier ministre98, appelle les troupes françaises pour « rétablir l'ordre » dans la Sanaga maritime (pays Bassa). La « campagne de pacification » va durer onze mois. Le 3 septembre 1958, Ruben Um Nyobé est tué près de son village natal de Boumnyebel. L'ordre de le liquider aurait, selon Pierre Péan, été donné par Maurice Delauney qui laisse à son départ en décembre 1958 « une situation détendue ». Le 19 février 1958, Ahmadou Ahidjo devient Premier ministre à la place de Mbida. Le 19 octobre 1958, le haut-commissaire Xavier Torre annonce à la radio que la France est prête à accorder l'indépendance au Cameroun. Elle sera effective le 1er janvier 1960, mais ne mettra pas un terme à la répression de l'UPC par les troupes françaises. En 1959, les troubles reprennent en pays bamiléké. De février à octobre 1960 une « campagne de pacification » est faite par l'armée française.

Sources :

Yves Benot, Massacres coloniaux, La Découverte, 1994; Marianne Cornevin, Histoire de l'Afrique contemporaine, Payot, 1978; François Xavier Verschave, La Françafrique - Le plus long scandale de la République, Stock, page 98; Mongo Beti, Le Cameroun d'Ahidjo, Temps Modernes, novembre 1972, numéro 316 (Extrait de Main basse sur le Cameroun Maspero, saisi); Georges Chaffard, Les carnets secrets de la décolonisation II, page 347; Pierre Péan, l'Homme de l'ombre, Fayard, 1990, p. 283-284.


next up previous contents index
suivant: 8 septembre 1926: Ceux monter: Septembre précédent: 1er septembre 1878: Le   Table des matières   Index
Jacques Morel 2003-05-03