next up previous contents index
suivant: Janvier monter: Pourquoi ce calendrier? précédent: Pourquoi ce calendrier?   Table des matières   Index

Quels faits choisir?

La période :

L'intention initiale était de partir de la colonisation moderne avec la conquête de l'Algérie en 1830. Mais passer sous silence la promulgation du Code Noir en 1685, c'était vouloir ignorer la contribution de l'État dans l'émergence du mépris pour les Noirs.

La fréquente collaboration entre missionnaires et soldats ou administrateurs, ces derniers d'ailleurs souvent anticléricaux, nous font remonter à l'événement fondateur qu'est la prise de Jérusalem en 1099.

Nous ne nous sommes pas arrêtés à la fin de la colonisation, puisque dans de nombreux pays, l'ingérence française n'a jamais cessé. Il s'agit donc d'un calendrier des crimes coloniaux et néo-coloniaux. Nous avons adopté une dénomination purement géographique : crimes commis outre-mer.

La nature du crime :

Ont bien sûr été retenus les crimes de sang. Mais aussi d'autres crimes tels qu'une législation établissant un statut de sous-homme, un discours raciste à la chambre des députés ou des procès iniques, qui ne sont certes que paroles et papiers mais engagent l'État. La responsabilité de l'ordonnateur, du commanditaire, est retenue tout autant que celle de celui qui porte l'arme du crime.

Dans certains crimes, la responsabilité de la France peut être indirecte. Avoir laissé faire, ne pas avoir demandé la vérité, avoir continuer à fréquenter les assassins ou leurs commanditaires peut suffire.

La victime peut être une victime française.

Les crimes « de conquête » c'est à dire l'acte de tuer des hommes qui défendent leur terre et leur famille, leur pays, n'ont été retenus que lorsqu'ils relevaient de « crimes de guerre » ou de « crimes contre l'humanité ».

Les sources : Les faits ont été choisis à partir de documents écrits, des livres récents, vendus en librairie pour l'essentiel. Notre documentation est limitée et réunie de manière sans doute peu objective. Les faits présentés ici reflètent l'arbitraire de notre documentation. Un travail en bibliothèque aurait été nécessaire, nous n'en avons pas eu le loisir. Il s'agit d'un travail non universitaire, disons militant.

Il est vrai que les livres critiques sur la colonisation sont rares et difficiles à trouver en librairie puisque le plus souvent épuisés.

Les sources sont rares également parce que les victimes des crimes présentés dans cet ouvrage sont généralement peu familières avec l'écriture. Il s'agit bien souvent de peuples à traditions orales, sans état-Civil, et, quand ils manient l'écriture, comme au Viêtnam, les documents qui ont pu contourner la censure, ne nous sont pas parvenus, du moins sous forme de livres en langue française.

Présentation : Comme ce livre est un calendrier, les événements n'ayant pas de date connue au jour près ont été écartés. Cependant, des faits importants comme les « corvées de bois » durant la guerre d'Algérie ont été retenus et l'imprécision de la date est signalée en commentaire. Le pays indiqué dans le titre correspond au pays concerné, qui n'est pas nécessairement le pays où l'événement s'est déroulé. Le pays est désigné par sa dénomination à l'époque des faits.


next up previous contents index
suivant: Janvier monter: Pourquoi ce calendrier? précédent: Pourquoi ce calendrier?   Table des matières   Index
Jacques Morel 2003-05-03