next up previous contents index
suivant: 13 août 1730: Dictionnaire monter: Août précédent: 8 août 1899: Les   Table des matières   Index

8 août 1951: Henri Martin, ancien résistant FTP, condamné à 5 ans de prison pour « tentative de démoralisation de l'armée. » (Vietnam)

Henri Martin ex F.T.P.92 s'est engagé dans la Marine pour combattre les Japonais à la fin 1945. Il constate qu'il est mobilisé non contre les fascistes mais contre les Indochinois qui revendiquent leur liberté, et se retrouve sur un bateau, en compagnie de vichystes qui ont fait le coup de feu contre les gaullistes à Dakar et de GMR, milices de Pétain qui pourchassaient les résistants. Les cadavres qu'ils voient flotter sur l'eau, en Indochine, ne sont pas des gens assassinés par des pillards mais de malheureux paysans tués par la Légion étrangère (composée de 40 % d'allemands, évitant ainsi les camps de prisonniers) qui massacrait et brûlait des villages. Le 14 avril 1946, il voit les habitants de Haiphong mourir de faim. Redescendu dans le Sud, son bateau participe avec l'aviation au blocus du Nord en coulant les jonques qui transportent du riz depuis le Sud. « Je me souviens quant on a tué le petit môme [...] C'était des civils avec un bébé [...] Je conduisais le canot [...] C'est moi qui ai amené la mort avec deux fusils-mitrailleurs. C'est une complicité d'assassinat. » Il participe au bombardement de Haiphong du 23 novembre 1946.

Revenu en France en décembre 1946, il distribue des tracts à Toulon invitant les marins à réclamer la cessation des hostilités en Indochine. Il est arrêté et condamné à 5 ans de prison et à la dégradation militaire.

Le PCF prend sa défense ainsi qu'un collectif d'intellectuels dont Jean-Paul Sartre qui publie, fin 1953, le livre L'affaire Henri Martin où Prévert écrit ceci:

Entendez-vous
Entendez-vous gens du Vietnam
entendez-vous dans vos campagnes
dans vos rizières dans vos montagnes...

Ces êtres inférieurs
ne savaient haïr que la haine
ne méprisaient que le mépris

Mais
il y avait aussi et venant de très loin
les Monopolitains
ceux de la Métropole et de l'appât du gain
Négociants trafiquants notables résidents avec les
    légionnaires les expéditionnaires et les concessionnaires
    et les hauts commissaires
Et puis les missionnaires et les confessionnaires
venus là pour soigner leurs frères inférieurs
venus pour les guérir de l'amour de la vie
cette vieille et folle honteuse maladie
... Et la misère était cotée en Bourse
sous le couvert
et dans les plis et replis du pavillon tricolore
... Soudain
sont emportés dans les rapides de l'Histoire
leurs bateaux de papier monnaie
et comme dans les livres d'histoire importés de la métropole
on proclame au Viêt Nam
les Droits de l'homme
... Et les Grands Planteurs d'Hévéas les Seigneurs de la
    Banque d'Indochine et les Grands Charbonniers du
    Tonkin
en appellent sans plus tarder à la Quatrième République
    empirique apostolique et néo-démocratique
Alors
la fille aînée de l'Église
son sang ne fait qu'un tour

Un pauvre capucin et grand amiral des Galères
arrive à fond de train par la mer
et après avoir fait les sommations d'usage
Ceci est mon corps expéditionnaire
Ceci est votre sang
à coup de droit canon il sermonne Haiphong
des anges exterminateurs accomplissent leur mission
et déciment la population
Simple petit carnage
présages dans le ciel
sévère mais salutaire leçon

Et vogue la galère
après avoir bien joué son beau rôle dans l'Histoire
l'Amiral se retire dans sa capucinière
en dédaignant la gloire
...
Et le temps fait semblant seulement de passer
le temps du halte-là reste là l'arme au pied
les temps des cerisiers en fleurs arrachés à la terre et volatilisés

Et malgré d'inquiétantes menaces de paix
les gens du trafic des piastres
fêtent toutes les fêtes et sans en oublier
...
Cependant que très loin on allume des lampions
des lampions au napalm sur de pauvres paillotes
et des femmes et des hommes des enfants du Viêt Nam
dorment les yeux grands ouverts sur la terre brûlée
et c'est comme Oradour
c'est comme Madagascar et comme Guernica
et c'est en plus modeste tout comme Hiroshima

Commentaires :

L'amiral d'Argenlieu était un religieux de l'ordre des Carmes.

Sources :

Jacques Prévert, Oeuvres complètes, La Pléiade, pages 651, 1321(©Éditions Gallimard); Jean-Luc Einaudi, Vietnam! La guerre d'Indochine 1945-1954, Le Cherche-Midi, 2001, p. 93-107.


next up previous contents index
suivant: 13 août 1730: Dictionnaire monter: Août précédent: 8 août 1899: Les   Table des matières   Index
Jacques Morel 2003-05-03