next up previous contents index
suivant: Juillet monter: Juin précédent: 21 juin 1957 :   Table des matières   Index

26 juin 1856 : Renan: « L'immixtion des races tout à fait inférieures aux grandes races ne ferait qu'empoisonner l'espèce humaine » (France)

Dans une lettre du 26 juin 1856, Ernest Renan répond à Arthur de Gobineau, auteur de Essai sur l'inégalité des races humaines (1853) : « Vous avez fait là un livre des plus remarquables, plein de vigueur et d'originalité d'esprit, seulement bien peu fait pour être compris en France ou plutôt fait pour y être mal compris. L'esprit français se prête peu aux considérations ethnographiques: la France croit très peu à la race, [...]

Le fait de la race est immense à l'origine; mais il va toujours perdant de son importance, et quelquefois comme en France, il arrive à s'effacer complètement. Est-ce là absolument parler de décadence? Oui, certes au point de vue de la stabilité des institutions, de l'originalité des caractères, d'une certaine noblesse dont je tiens pour ma part le plus grand compte dans l'ensemble des choses humaines. Mais aussi que de compensations! Sans doute si les éléments nobles mêlés au sang d'un peuple arrivaient à s'effacer complètement, alors ce serait une avilissante égalité, analogue à celle de certains États de l'Orient et, à quelques égards de la Chine. Mais c'est qu'en réalité une très petite quantité de sang noble mise dans la circulation d'un peuple suffit pour l'ennoblir, au moins quant aux effets historiques; c'est ainsi que la France, nation si complètement tombée en roture, joue en réalité dans le monde le rôle d'un gentilhomme. En mettant à part les races tout à fait inférieures dont l'immixtion aux grandes races ne ferait qu'empoisonner l'espèce humaine, je conçois pour l'avenir une humanité homogène. »

Commentaires :

L'Essai sur l'inégalité des races de Arthur de Gobineau n'a pas été ignoré en France, comme on voudrait le croire, Renan l'a lu. Tout en reconnaissant l'esprit riche, nuancé et plein d'optimisme de Renan, le lecteur actuel est surpris par son obsession pour la race, pour le sang, d'autant plus que Renan disait parler au nom de la science. La hiérarchie des races est clairement affirmée. L'image de l'empoisonnement est corrélative, dans le contexte de la colonisation dont il est un ardent propagandiste, de celle d'appartheid, de déportation, voire de génocide. Renan est un des principaux contributeurs de la pensée de la IIIème République, on lui doit le concept de nation « Un plébiscite de tous les jours. »

Sources :

Ernest Renan, Qu'est-ce qu'une nation? et autres textes politiques, choisis et présentés par Joël Roman, Presses Pocket, 1992, p 221.


next up previous contents index
suivant: Juillet monter: Juin précédent: 21 juin 1957 :   Table des matières   Index
Jacques Morel 2003-05-03