next up previous contents index
suivant: 17 avril 1825: La monter: Avril précédent: 11 avril 1948: Naegelen   Table des matières   Index

16 avril 1917: Mangin broie du Noir au Chemin des Dames (France)

En 1914, la France aligne quelques bataillons de tirailleurs sénégalais qui sont anéantis à la bataille de l'Yser. Ils ne reparaissent sur le front qu'en 1916. Recrutés par le général Mangin, le « broyeur de Noirs » , pour « permettre d'épargner dans la mesure du possible du sang français », 51.000 hommes en 1915, 120.000 en 1916, sont incorporés de force au Soudan, en Haute Volta, en Côte d'Ivoire sous le nom de tirailleurs sénégalais. En avril 1917, le général Nivelle lance une offensive dans l'Aisne au Chemin des Dames où sont engagées des troupes noires. Forts des succès remportés par les troupes noires de Mangin au fort de Douaumont près de Verdun, le 24 octobre 1916 (« Une fois de plus les zouaves, les tirailleurs, les Sénégalais avaient offert leur vie pour la victoire », Pierre Miquel, p. 35), Nivelle et Mangin font attaquer les tirailleurs au Chemin des Dames pour le « premier choc », sous la neige, les obus et la mitraille. Les Allemands, informés de l'attaque, disposant de la maîtrise du ciel et bien protégés de la préparation d'artillerie dans leurs abris bétonnés et les cavernes naturelles du plateau de Craonne, accueillent les fantassins au fusil mitrailleur. Loin de reconnaître son erreur, Nivelle continue sa vaine offensive. 45% des effectifs ne se relèvent pas de cette catastrophe dont la presse dissimule l'ampleur. Nivelle est destitué en mai 1917. L'opinion ne conçoit pas un seul instant que ces hommes soient arrivés au front sous la contrainte. Le député des quatre communes du Sénégal, Blaise Diagne proteste à l'assemblée contre le « massacre » de ses compatriotes. Mais nommé commissaire de la République pour l'AOF le 14 janvier 1918 par Clémenceau, Diagne fait une tournée de février à août 1918 de Dakar à Bamako pour convaincre ses compatriotes d'aller se battre en France, promettant l'attribution automatique de la citoyenneté française à tout titulaire de la médaille militaire et de la croix de guerre.

Sources :

Gilbert Comte, L'empire triomphant, Denoël, page 254, 260-270; Pierre Miquel,Le Chemin des Dames, Enquête sur la plus effroyable hécatombe de la Grande Guerre, Perrin Pocket, 1997.


next up previous contents index
suivant: 17 avril 1825: La monter: Avril précédent: 11 avril 1948: Naegelen   Table des matières   Index
Jacques Morel 2003-05-03