next up previous contents index
suivant: Avril monter: Mars précédent: 29 mars 1988: Assassinat   Table des matières   Index

30 mars 1947: Massacre de Moramanga par l'armée française, 2000 morts? (Madagascar)

La revendication d'indépendance malgache avivée par la défaite française de 1940, l'effondrement des forces vichystes lors du débarquement britannique de 1942, les espoirs suscités par la Charte de l'Atlantique, l'accroissement des réquisitions et des corvées imposées au titre de l'effort de guerre et par la famine de 1943-1944, est canalisée dès la fin de la 2ème guerre mondiale par le Mouvement Démocratique de la Rénovation Malgache (MDRM). Ce mouvement est combattu par le gouvernement français dont le ministre des colonies, le socialiste Marius Moutet , suscite un parti de notables le PA.DES.M. Le MDRM obtient néanmoins les trois sièges de députés à l'Assemblée Nationale à Paris.

Le 30 mars 1947 éclate une insurrection désapprouvée par les leaders du MDRM. Les autorités militaires et policières, en particulier, le chef de la Sûreté, Marcel Baron, étaient manifestement informées qu'une insurrection se préparait pour le samedi 29 mars au soir. En témoigne ce télégramme de Marcel de Coppet, Haut Commissaire à ses subordonnés :

« Bruits ont été répandus dans certaines régions qu'une action serait entreprise contre Européens le 29 mars - Stop- S'agit rumeurs sans fondements réels [...] et dont invraisemblance n'exclut toutefois pas vigilance. »6

Les insurgés attaquent le camp militaire de Moramanga le 29 à 22 heures, après avoir tué les officiers français qui dormaient dans le bourg. Les soldats du camp, des tirailleurs « sénégalais », surpris mais mieux armés résistent et repoussent l'attaque. Les insurgés ne parviennent pas à s'emparer de l'armement qui leur fait défaut et se retirent au matin, en entraînant la population rurale.

Les tirailleurs prennent alors leur revanche et massacrent la population malgache. Toutes les maisons sont incendiées. Le lendemain, les Sénégalais en fureur nettoient complètement la région avec l'aide de renforts. Tout ce qui bouge est lardé de coups de baïonnette. En trois jours, des milliers d'indigènes sont tués.

Sources :

Yves Benot, Massacres coloniaux, La Découverte, 1994, pages 117, 128, 131; France Soir, 8 mai 1947; Jacques Tronchon, L'insurrection malgache de 1947, Karthala, 1986.


next up previous contents index
suivant: Avril monter: Mars précédent: 29 mars 1988: Assassinat   Table des matières   Index
Jacques Morel 2003-05-03