next up previous contents index
suivant: 30 mars 1947: Massacre monter: Mars précédent: 25 mars 1909 :   Table des matières   Index

29 mars 1988: Assassinat de Dulcie September, représentante de l'ANC en France (Afrique du Sud)

En 1986, le régime d'apartheid en Afrique du Sud est frappé d'un boycott international que la France détourne par des livraisons indirectes de charbon, de pétrole (via l'Iran), d'armes et de matériel nucléaire - trafic entretenu tant par la droite que la gauche -. Dulcie September, représentante de l'ANC en France, fait savoir à ses correspondants qu'elle a des informations importantes à ce sujet et qu'elle se sent menacée: Le jour même où elle emménage, une petite société Sport Éco, éditrice d'une lettre sur l'économie du sport, s'installe sur le même palier. Son rédacteur en chef Pierre Cazeel est un spécialiste de l'Afrique du Sud.

Alors que le représentant de l'ANC à Bruxelles a été assassiné, le ministère de l'Intérieur refuse à Dulcie September une protection policière. Il se trouve qu'un chargé de mission du ministre de l'Intérieur Charles Pasqua, un ancien de l'OAS, est le rédacteur en chef de l'organe du lobby français pro-apartheid.

Fin 1987, un chantier de ravalement s'installe devant l'immeuble. Un des ouvriers, Stéphane, vient souvent bavarder de l'ANC avec Dulcie. Le 29 mars 1988, ce Stéphane et un autre ouvrier un peu spécial, Daniel, sont seuls sur le chantier. Dulcie September est assassinée de cinq balles. Durant une demi-heure le voisin, Pierre Cazeel, se trouve près du corps de la victime. L'enquête s'enlise rapidement. La presse privilégie la thèse du crime commis par un commando sud-africain. La société Sport Éco quitte peu après l'immeuble. L'ouvrier Daniel est parti pour la Suisse. Une journaliste hollandaise, Evelyn Groeninck, vient enquêter à Paris mais on lui fait comprendre que son intérêt est de rentrer chez elle.

Implication de la France :

Il semble, d'après ce que cette journaliste a publié, que l'assassinat a été commis par un mercenaire, ancien de la Légion étrangère venu des Comores, ce serait Jean-Paul Guerrier, adjoint de Bob Denard5. Il aurait été commandité par un service sud-africain en lien avec la DGSE. La France aurait eu intérêt à la disparition de Dulcie September, probablement pour éviter des révélations sur le contournement du boycott du régime de l'apartheid décidé par l'ONU

Sources :

François Xavier Verschave, La Françafrique - Le plus long scandale de la République, Stock, page 190-201; François Xavier Verschave, Noir Silence, Les Arènes, 2000, page 138-139.


next up previous contents index
suivant: 30 mars 1947: Massacre monter: Mars précédent: 25 mars 1909 :   Table des matières   Index
Jacques Morel 2003-05-03